Retour Pour nous les docs

+ Contact : Simone Brunel-Bacot - 04 67 60 04 54 - CRDP-LR - ALLEE DE LA CITADELLE-34064 MONTPELLIER-Cedex 2 - Tél. : 04 67 60 04 50 - Fax : 04 67 60 04 51

Pédagogie de la recherche documentaire au CDI
Une réflexion de Alain Gurly, Documentaliste au collège Léo Larguier à La Grand'Combe.
(Ce texte est consultable dans la revue Inter-C.D.I.)

 

  Sommaire

Considérations préliminaires

Introduction

Ce qui se fait actuellement :

  • Présentation rapide de l'outil BCDI

  • Démarche pédagogique

  • Caractères de la recherche et de la production en sortie

Comment continuer et amplifier ce travail avec Internet :

  • Voici l'outil

  • La démarche possible

  • Caractères de la documentation issue d'Internet

  • Caractères de la recherche et de la production en sortie

Conclusion

 

  Considérations préliminaires


- Pour faire de la recherche documentaire il faut avoir :

Un projet de recherche précis et bien délimité qui suppose une bonne pré-connaissance du sujet, notamment au niveau du vocabulaire spécifique qu’il implique.

Une bonne connaissance des outils informatiques de recherche, en particulier sur le Web (les moteurs), connaissance d’autant plus difficile que ces outils sont nombreux et évoluent rapidement.

- La pédagogie de la Recherche Documentaire appliquée à des élèves :

Doit permettre aux enfants d’acquérir la préconnaissance nécessaire mentionnée au point A1...

En utilisant la connaissance pratique des outils informatiques offerts par les logiciels et par le Web mentionnés au point A2..

Grâce à un encadrement pédagogique permanent et interdisciplinaire, avec des enseignants formés à ces techniques..

Afin de rendre les élèves capables de pratiquer pleinement et avec profit la recherche documentaire fondamentale, qui reste plus que jamais la base du savoir et de la culture.

Ces considérations expliquent les propositions de travail qui suivent :

POUR UNE PEDAGOGIE INSTITUTIONNALISEE DE LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE FONDAMENTALE AU C.D.I.

     

retour  Introduction

 

Depuis très longtemps un des objectifs majeurs des CDI en matière d’enseignement est de promouvoir une pédagogie efficace de la recherche documentaire. Ceci part de constats évidents :

Il y a ceux qui pensent que la documentation est une formalité administrative qui va de soi. Il n’y a qu’à trouver le document sur le bon rayon et le leur apporter... 

Il y a ceux qui pensent que la Documentation est affaire de spécialistes. Les professionnels doivent documenter ceux qui en ont besoin, et le faire vite et bien. Ce n’est pas faux...

Voici pourtant que, dépouillé de la poussière qui l’ensevelissait avec les antiques fiches papiers des bibliothèques surannées, se pose le problème de fond : que peut apporter à des élèves la capacité de savoir bien s’informer, tant dans leur scolarité que dans leur vie de citoyens ? Lorsqu’on pose cette question, la réponse est naturellement : " Beaucoup ! ! "

Or, ne se documentent bien que les gens qui détiennent déjà un savoir convenable. Le problème consiste donc à trouver un cheminement pédagogique permettant aux élèves d’utiliser la recherche documentaire comme moyen d’apprendre à apprendre, de structurer leur connaissances et leurs savoirs grâce à une démarche rigoureuse.

Il s’agit donc d’une pédagogie ancienne fondée sur la découverte, sur apprendre en cherchant, etc...Mais cette pédagogie est entièrement renouvelée par l’apparition des TICE et de l’information numérisée. Non seulement elle est renouvelée mais cette pédagogie va devenir essentielle dans un monde submergé par l’information (" Le 2° déluge " selon Pierre LEVY ! !)

C’est un travail très difficile dans le contexte scolaire actuel où les matières restent saucissonnées, où la transversalité de la culture se conçoit sans se pratiquer méthodiquement.  La recherche documentaire informatisée facilite ce travail de globalisation des savoirs, travail que l’on ne savait pas trop comment aborder jusqu’à son avènement.

L’objectif sera ainsi de faire acquérir aux élèves des savoirs, des pratiques, bref une culture PAR une méthode intégrant complètement l’accès à l’information et la documentation numérisées. Ce faisant, ils vont acquérir aussi des méthodes totalement transversales et portables d’une matière à l’autre, ce qui favorisera la synthèse des connaissances et la globalisation du savoir.

D’ailleurs par définition, le multimédia est transversal, les TICE aussi. La recherche documentaire l’est obligatoirement.

On choisira des thèmes larges, où des choix et des tris seront nécessaires et formateurs, . La pédagogie est une pédagogie du questionnement. Se documenter c’est avant tout questionner.

Ensuite, c’est une pédagogie de la reconnaissance pertinente des documents rencontrés. C’est un apprentissage des choix, des tris, des critères de pertinence, de l’esprit de synthèse et de l’esprit critique. C'est une pédagogie très lente, qui utilise le cheminement même de la recherche documentaire et ses résultats partiels ou globaux, dans le but de rendre petit à petit l'élève autonome vis à vis de cette forme essentielle de l'appropriation des savoirs.

Remarque :
la démarche proposée ici concerne surtout les élèves de collège, mais tout cela reste complètement envisageable au Lycée.

 

retour Ce qui se fait actuellement


- PRESENTATION RAPIDE DE L'OUTIL BCDI
, logiciel choisi par l'académie de Montpellier pour la gestion documentaire des C.D.I. :

Ce n'est pas une absolue nouveauté, même si cet outil fait incontestablement partie des TICE…(Techniques d’Information et de Communication pour l’Enseignement)... Encore que ce " pour l’Enseignement " soit de trop !

Dans les CDI, on a fait de la recherche documentaire avant INTERNET, avec BCDI, et on continue. Nous partons donc de l'outil logiciel qui nous sert à la gestion du fonds documentaire.

Caractères Généraux de l’outil BCDI :

- 1 seul moteur de recherche

- une recherche par :

  • Champs indexés
  • Descripteurs du Thésaurus

  • Plein texte

  • Equations booléennes de recherche (ET, OU, SAUF)

  • Hypertexte limité

- DEMARCHE PEDAGOGIQUE :

Faire que l'élève cerne clairement son sujet en utilisant des mots adaptés, pertinents. S'assurer qu'il en comprend le sens.( Aspect vocabulaire non négligeable..) Ceci se pratique par une discussion générale entre élèves et profs avant la phase de travail sur les ordinateurs. On utilse aussi des ouvrages de référence présents dans tous les C.D.I (Dictionnaires, Encyclopédies, CDROM encyclopédiques ..) Il s’agit de RECONNAITRE le sujet. Rien ne sert d’aller chercher des champignons si on ne sait pas les reconnaître quand on les trouve.

Aborder la phase de requête sur les machines, avec ces mots là, issus de la discussion et de la réflexion collective. Faire un petit détour par le Thésaurus pour voir si cet outil ne fournit pas des mots auxquels on n'avait pas pensé, permettant de mieux cerner le sujet, tout en se questionnant en permanence sur la validité de ces mots par rapport au sujet traité, donc sur leur sens.. Très utile avec les petits de 6°.

Bien voir que taper seulement "POLLUTION" donne un bruit documentaire important. Faire alors la recherche en extrayant les notices qui se rapportent à chaque équation utilisée.(ET, OU, etc..).

Trier encore les notices par une lecture attentive des éléments…(Titre, Résumé, etc..), en éliminant celles qui sont peu adaptées ou bien redondantes.

Tel qu'il est, cet outil permet aux élèves de se familiariser avec la recherche de documents dans un contexte solide où les ouvrages sont indexés pour leur faciliter l'accès.

Ce travail permet déjà aux enfants de pratiquer l'outil, de faire l'apprentissage de la technique des choix et des tris, ainsi que de recueillir et d'assimiler avec l'aide des profs un vocabulaire spécifique à leur recherche.

- CARACTERES DE LA RECHERCHE, ET DE LA PRODUCTION EN SORTIE :

  • Cette recherche débouche sur une base locale (le CDI), matérielle, consultable sur place.

  • Recherche d'un maximum de documents pertinents, d'une certaine exhaustivité.

  • Exposé, ou exposition, plutôt de type traditionnel.

 

retour Comment continuer et amplifier ce travail avec l'internet


- VOICI L'OUTIL :

Jean Pierre LARDY, qui est un Bibliothécaire de l'ADBS (Assiociation des Bibliothécaires Spécialisés), a écrit ces mots à propos d'Internet :

" On y trouve de tout, ce qui ne veut pas dire que tout y est. En effet certains facteurs interdisent la diffusion gratuite de données. Ce sont essentiellement des problèmes de droits d'auteurs, la sécurité des transferts, les coûts de création et de mise à jour de l'information sur support électronique..

L'Internet est souvent présenté comme l'accès universel et gratuit à la culture mondiale…plutôt occidentale.. Une des faiblesses du système est que personne ne peut prétendre savoir exactement ce qu'il contient….

Aussi la comparaison avec une bibliothèque est dangereuse car ce qui caractérise Internet aujourd'hui, c'est plutôt le chaos. Une Bibliothèque offre à ses lecteurs une organisation, un classement et des outils de recherche basés sur le contenu intellectuel des ouvrages. Ces services sont encore absents sur Internet…" (La recherche d'information sur Internet - J.-P. Lardy - 1997 - (http://www.adbs.fr/).

Alors, sur Internet il reste les MOTEURS DE RECHERCHE, qui, pour le moment tiennent lieu de sommaire, d'index et de catalogue.

Internet ne possède pas UN moteur de recherche, il y en a des quantités. En voici quelques uns : ALTAVISTA, YAHOO, EXCITE, LYCOS, NOMADE, etc…

On ne peut pas dire qu'il y en a de meilleurs ou de moins bons. Ils sont différents. Chacun de ces moteurs a une façon différente de répertorier les documents, donc de faire fonctionner la recherche qui s'ensuit. Même avec des équations semblables, on peut avoir des résultats différents. (Voir l'ouvrage ci-dessus).

On peut distinguer deux grandes catégories, bien que ces deux types aient tendance à s’interpénétrer dans les nouveaux outils proposés sur le Web :

  • Les systèmes d’indexation et de recherche par répertoires :

Certains utilisent des systèmes de recherche thématiques par " domaines " qui s’apparentent à des THESAURUS par leur organisation, ou bien à des types déjà rencontrés par les élèves dans des Encyclopédies sur CDROM de type AXIS... C’est le cas entre autres pour EXCITE, YAHOO, NOMADE.... Ici le classement par domaine est souvent le fait d’une intervention " humaine ", et les sites proposés à l’indexation le sont par leurs concepteurs qui en proposent un descriptif basé sur la caractérisation intellectuelle des contenus, ce qui est un avantage non négligeable. Outre la recherche par domaines ces outils permettent une recherche plein texte..

  • Les systèmes robots d’indexation et de recherche :

Ici ce sont des ordinateurs qui recensent régulièrement les sites du Web en catalogant les contenus par l’analyse du nombre des mots et surtout de leur nombre d’occurrences. Plus le mot est rencontré souvent dans un article, plus il est censé le caractériser... A cette aune, les moteurs qui analysent le plus de sites sont évidemment les plus performants... Mais ces moteurs ne tiennent pas compte bien sûr du contenu intellectuel des articles. C’est le cas du célèbre ALTAVISTA.

Tous les moteurs utilisent les booléens et les liens hypertextes avec chacun leurs spécificités : ET peut devenir AND ou PLUS ou encore + ou " ESPACE ", etc... On est bien heureux avec les élèves d’avoir déjà débroussaillé le terrain avec BCDI.

- Notons au passage la possible existence de forums sur la question étudiée. Discuter et connaître l'opinion d'autrui est aussi une forme importante du savoir. Ce n'est pas ici notre propos. Surtout avec de jeunes enfants, les forums sont à approcher avec prudence.

Il faut d'abord montrer tout cela aux enfants et les faire manipuler.

- LA DEMARCHE POSSIBLE :

On peut parfaitement imaginer de jeter l'élève sans préparation dans cette énorme machine. C'est une possibilité pédagogique envisageable si l'on a bien balisé la méthode qui s'ensuivra, avec un encadrement permanent

Dans l’optique présentée ici, ce n'est pas le cas.

Le Web constitue en effet une inimaginable banque de données. Le problème, dans cette immensité c'est de trouver l'information pertinente que l'on recherche. La formation à cette recherche et à la validation critique des sources découvertes et consultées constitue d'ores et déjà un énorme enjeu pédagogique.

Mais il est bien évident que les moteurs de recherche utilisés dans INTERNET supposent plus encore que les enfants aient une bonne compréhension de leurs thème de travail, qu'ils l'aient bien délimité, donc qu'ils sachent reconnaître les documents pertinents lorsqu'ils vont apparaître à l'écran. Séraphin ALAVA disait un jour que le problème dans la recherche documentaire sur INTERNET c'est d'être capable d'arrêter !! (Conférence donnée au CRDP de Montpellier lors de la journée des Documentalistes pour 1996/1997). C'est à dire de reconnaître quand la documentation rassemblée suffit à son objectif.. C'est vrai que, même s'il y a 40000 références trouvées, il n'en apparaît qu'une dizaine.. A quoi bon le reste.. Il faut apprendre à affiner la recherche et surtout à bien délimiter ce que l'on veut chercher….

Comme le dit justement J.P LARDY, "Internet est une auberge espagnole". On y trouve d'autant plus et mieux qu'on y apporte soi même.

La démarche reste donc la même qu'auparavant, car nous considérons que les élèves ayant une formation sur BCDI seront déjà des consommateurs avertis. De plus, la future version très prochaine de BCDI aura sans doute une sortie sur INTERNET.

Réflexion et discussion sur le thème avant toute chose pour faire émerger les termes essentiels du questionnement, en s’aidant des ouvrages et des CDROM de référence.

Passage par le Thésaurus MOTBIS (dont une nouvelles version va sortir en 98), pour établir si l'on n'a pas oublié trop de mots pertinents.

Première approche de la recherche sur BCDI, avec extraction de quelques documents bien ciblés dans le fonds documentaire local.

Regarder ces documents avant de poursuivre pour bien s'imprégner du sujet.

Mettre 4 ou 5 groupes sur INTERNET, afin de questionner des moteurs différents sur des aspects différents prédécoupés du sujet, avec mission d'arriver à un ou deux documents très adaptés en utilisant si possible les opérateurs booléens. EX : "Pollution et AIR"… "Pollution et eau"… "Pollution et déchets"… " Pollution et nucléaire"…etc.

Imprimer si possible, car souvent les documents issus du Web sont très volatils.

Réunion générale. Chaque groupe présente ses documents. Discussion sur la pertinence. Mise en commun. Evaluation des résultats obtenus par rapport au thème traité. Est-ce suffisant ? Retour sur les machines si nécessaire… Va et vient indispensable à l'auto formation…

Revoir les moteurs de recherche pour affiner, en utilisant les documents déjà sensés convenir au sujet comme question, ce que permettent ces outils.

Recommencer si nécessaire autant de fois qu'on le devra jusqu'à ce que les élèves conviennent que les limites du travail qu'on s'est donné ont été atteintes. On peut même restreindre à un seul aspect un thème de départ que l'on jugera trop vaste, en explicitant les raisons de ce choix.

- CARACTERES DE LA DOCUMENTATION ISSUE D'INTERNET :

Les élèves s'aperçoivent ainsi très rapidement des énormes différences existants entre la base documentaire locale et INTERNET. On passe de la dimension DOCUMENT à la dimension INFORMATION.

La recherche devient illimitée. On a accès aux banques du monde entier, dans toutes les langues et en temps réel.

On accède rapidement aux documents primaires que l'on peut quelquefois télécharger et presque toujours imprimer. On y trouve non seulement des textes, mais des images, des videos, du son…Le document est désormais multimédia.

Les documents sont très nombreux. Les élèves doivent reconnaître s'ils sont pertinents sous peine de se noyer. D'où la nécessité du travail de préparation précédent l'étape INTERNET. Mais, une fois bien ciblé, le sujet devient beaucoup plus repérable dans les notices qui apparaissent à l'écran.

Les documents sont plus d'actualité et ils ont un caractère évident d'immédiateté, mais aussi de fugitivité…On est passé du stade de la recherche de documents scolaires adaptés au stade de la recherche d’information avec tout ce que cela suppose de non scolaire...En effet, les élèves s'aperçoivent aussi, quelquefois à leurs dépens, que les documents sur INTERNET sont parfois volatils et même contradictoires. Ce n'est pas une expérience négative. On touche ainsi du doigt ce qu'est une information EN LIGNE, VIVANTE et DYNAMIQUE, qui demande une démarche critique constante.

- CARACTERES DE LA RECHERCHE, ET DE LA PRODUCTION EN SORTIE :

  • Ici, la recherche ne vise plus du tout à être exhaustive. Mission impossible dans un déluge de documents… Elle vise à trouver les quelques documents primaires pertinents…, qui touchent à des points très précis, ou d'actualité, afin de les imprimer en direct pour pouvoir les utiliser. La pédagogie à appliquer vise à faire reconnaître ces documents comme pertinents par les enfants.. et comme reflétant souvent une opinion. Très vaste enjeu pédagogique.

  • Enfin la restitution finale par les élèves de ce qu'ils ont appris débouche presque automatiquement sur un produit multimédia : Pages WEB, CDROM.. etc.. qui est exportable vers d'autres établissements, etc… Ce qui est tout de même enthousiasmant…!! Et qui pose un petit problème intéressant : l'exposé sur un thème trouvé tout fait !! Cela existe. (Equation du genre = "ECOLE + EXPOSE + POLLUTION") !!

 

retour Conclusion
 

En résumé, voici quels sont les objectifs poursuivis par ce travail. Il s'agit de faire comprendre aux élèves par une pratique solidement encadrée :

Que celui qui cherche doit TOUJOURS se demander le POURQUOI des choses !! Le chercheur est un maniaque du questionnement. Sur Internet, c'est vital.

Qu'ils doivent aborder une recherche complexe avec une liste de mots spécifiques produits par un questionnement préalable, par la pratique du travail de groupe, par une discussion et une réflexion au sein du groupe de travail et par la consultation d’ouvrages de référence.

Que la recherche elle même leur apporte d'autres façons d'aborder le sujet de travail, d'autres éclairages, un élargissement de leurs connaissances.

Que, dès le moment où ils commencent à questionner, à trier, à classer, à sélectionner, ce qui est le propre de la recherche, ils sont en train de structurer un savoir qu'ils s'approprient.

Que ceux qui doivent faire un exposé sur "l'homme préhistorique" et qui en viennent à déterminer soit par le questionnement, soit par analyse des résultats de la recherche, que "CROMAGNON" (ou "TAUTAVEL") est une requête spécifique valable, vont trouver à tous coups.

Qu'en plus, ils acquièrent ainsi des compétences totalement transversales et interdisciplinaires, ainsi qu'une méthode applicable partout.

En fait, dans cette démarche pédagogique, ce n’est pas trouver qui est essentiel. Car trouver peut être le fruit du hasard ou de la chance. Certes, trouver est important, mais, dans cette démarche, ce qui est capital c’est TOUT ce que l’on a acquis en cherchant, plus l’acquisition du discernement dans la recherche, avec en prime, le contenu de ce qu’on a trouvé.

Ce n'est évidemment pas la seule façon d'aborder la pédagogie de la recherche documentaire..

C'en est une, qui se situe en amont de la production de documents par les élèves et qui, par beaucoup d'aspect, conditionne leur créativité, leurs savoirs et leur future culture.

Appliquer cette méthode d'une manière systématique, au collège, en travail de groupes interdisciplinaires permanents, permettrait de mieux leur faire structurer cette nouvelle approche du savoir. Car les enfants sont plutôt habitué au "cliquage", cette autre forme du zapping, sautant d'une page à l'autre, d'une notion à l'autre… Il est difficile, vis à vis des élèves, de promouvoir de la méthode dans un domaine qui, a priori, ne semble pas en requérir. Il est difficile de leur dire que "surfer" n'est pas une solution quand on a affaire à un outil aussi convivial qu'INTERNET. Pourtant, le danger réside bien là, dans la superficialité, ou la noyade dans un océan d'informations. " Surfer " en l’occurrence c’est  " Fluctuat ET Mergitur " ! !

Rien n'empêche les enseignants que nous sommes d'essayer de promouvoir le zapping ou le cliquage réfléchi, conscient, organisé, piloté par un raisonnement, et constamment critique. Rien n'empêche les enseignants de favoriser et de promouvoir l'esprit de synthèse, absolument nécessaire pour approcher avec fruit la recherche documentaire dans Internet.

Séraphin ALAVA a écrit ceci :" L'élève doit apprendre à connaître des espaces numériques qui ne sont pas construits à son intention. Il ne peut le faire qu'en ayant un projet réel et motivant et une expérience documentaire solide faisant de lui un braconneur d'informations" (Note parue sur Internet : http://www.education.gouv.fr/sec/alavapm.htm).

Le rôle de l’enseignant en la matière n’est-il pas de former des braconneurs AVERTIS… ?!!

Ainsi, les enseignants doivent apprendre à utiliser ces espaces numériques à des fins pédagogiques avant que ces espaces ne marginalisent l'école…. La formation du citoyen libre et responsable de demain passe aussi et surtout par là.

Il y a plus de trente ans que nous essayons de faire que les enfants " apprennent à apprendre ". Il existe désormais des moyens techniques modernes, motivants pour les élèves. La documentation issue d’INTERNET sera utilisable dans le cadre de pédagogies disciplinaires strictes lorsque les apprenants auront suffisamment apprivoisé l’outil et, par la pratique, se seront fait une culture de l’information. C’est désormais le travail fondamental et interdisciplinaire de tous les enseignants. De plus, il faut être sûr que, dans ce domaine, on ne pourra pas se contenter d’actions épisodiques, de saupoudrages sporadiques destinés à nous donner bonne conscience face à l’énormité de l’enjeu. Cette action devra être systématisée et prise en compte par l’institution si elle veut avoir des chances de survie, donc de succès. En attendant, il est urgent de se battre pour appliquer cette pédagogie dans les C.D.I avec les moyens du bord.

Il y faut :

Des moyens matériels

Des moyens horaires : le saupoudrage de ces pratiques restera toujours un pis aller.

Un projet pédagogique clair pour des équipes convaincues et formées.

C'est ce vers quoi tend la démarche proposée ici, en vue d'atteindre un objectif certes extrêmement difficile, mais passionnant et capital.