Deux fables

Ces deux textes sont extraits d’un volume bilingue de la collection G.F. (nº 831) qui présente un choix de fables du Moyen Age, précédé d’une savante introduction de J-M. BOIVIN et L. HARF-LANCNER, et de la Vie d’Esope de Julien MACHO, donnée uniquement en traduction, et placée, comme dans les anciens recueils, avant les fables.

Nous faisons ainsi une place - trop petite certes - à un énorme pan de la production médiévale, humoristique et satirique. C’est l’occasion aussi de rappeler qu’il y eut au Moyen Age quelques " écrivaines ", dont Marie de France, qui n’est pas seulement l’auteur du Lai du Chèvrefeuille.


LE CHAT MITRE (Marie de France, XIIème s.)


Uns chaz seeit desur un fur,
u aguaitié ot tutejur.
Vit le mulet* e la suriz,
*mulot
sis* apela par mult bels diz
e dist que lur evesques fu
* = si les
e que mal cunseil unt eü* * = qu'ils se portaient fort mal
que sa beneïçun n'aveient.
Et les suriz li respundeient
qu'asez voleient mielz murir
que desuz* ses ungles venir.
* Dessous
Les suriz s'en turnent fuiant
e li chaz les vet enchalçant*.
En la parei* se sunt fichiées :
mielz i vuelent estre muciees*,
si que* ne puissent jur veeir,
qu'od* lur evesque remaneir** ;
* les va chassant
* paroi, mur
* cachées
* même si
* avec  ** rester
mult criement sa beneïçun,
kar els le sevent a felun.

Par cest essample nus devise :
nuls ne se deit metre en justice*

* = juridiction, pouvoir
de celui ki mal li vuelt querre,
mes desturner en altre terre.


LE CHEVALIER CHAUVE (anonyme XIVème s.),


Un Chevalier, qui pou chevous*
* cheveux
Avoit devant, comme saint Pols,
A un tournoiement porta
Chevous mors que il emprunta.
Mès un chevalier l'embraça
Qui le hiaume deslaça,
Et coiffe et chevous jus* sachier**
Li dut, au hiaume deslacier.*
* à bas  ** tirer
* en délaçant le heaume
Tuit cil d'environ qui ce virent
Grant ris et grant moquois en firent,
Car il n'avoit cheveus ou* chief
Mais cilz, tout fut il a meschief*,
* au
* quelle que fût son infortune
De necessité vertus fit
Et en riant aus autres dit :
"Biau seigneur, la chevoleüre
Qui estoit moie de nature
M'est cheüe et toute faillie.
Se ceste s'en est saillie*.
* échappée
Et m'a leissié, qui pas n'iert moie,
N'est nuls qui mervoillier s'en doie"
la moralité :

Nunls qui a soi farder met paine
Ainsi grant honte li avaingne,
Commë au chevalier avint
Quant fut surnommé Mar y vint*.
A la fois ne se scet garder*
* "Mal-y-vint" = le malheureux
* protéger
Qui s'efforce de li farder.