Qu'est-ce qu'une dictature PTINTERO.gif (1122 octets)

 

La dictature est un régime politique présentant les caractères suivants :
– quel que soit le type de son installation, elle se maintient par la force,
– elle est autoritaire et ne garantit pas toutes les libertés individuelles,
– elle est de ce fait privée de légitimité démocratique.

pipo3.gif (43 octets)

On assimile souvent la dictature à un régime visant à maintenir l’ordre établi en faveur de privilégiés. Ce jugement n’est pas fondé, l’histoire connaissant généralement deux types de dictatures, les unes conservatrices, les autres progressistes.

Malgré des proclamations différentes, les méthodes utilisées sont semblables.

Certains emploient la violence et suppriment les institutions libérales afin de maintenir en place le système économique et social que ses bénéficiaires ne peuvent plus conserver par les moyens légaux.

D’autres utilisent les mêmes moyens pour transformer le système social en vigueur de façon à supprimer l’inégalité, l’injustice et l’oppression.

Les exemples contemporains les plus connus sont ceux de Mussolini, Hitler, Franco, Salazar, des colonels grecs, des militaires argentins, de Lénine, d’Ataturk, de Nasser, de Staline...

À propos de la légitimité des régimes dictatoriaux, il faut distinguer deux cas de figure.

  • Dans le premier cas le dictateur, avec un régime personnel et autoritaire, maintient une situation que le peuple subit sans l’accepter. Cependant certains théoriciens d’extrême droite considèrent la dictature comme un régime permanent (Hitler parlait de « Reich millénaire ») ; c’est alors l’appareil de propagande qui, développant l’idée que le régime politique est au service du peuple, installe une apparence de légitimité.
  • Dans le second cas, la dictature n’est instaurée que pour un temps limité, pour faire face à des circonstances exceptionnelles (c’est la notion romaine). C’est de son caractère provisoire qu’elle tire sa légitimité (dans la démarche léniniste, la dictature du prolétariat ne devait durer que le temps nécessaire à l’accession à une société sans classes).